LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A ÉTÉ OFFICIELLEMENT COMMÉMORÉE LE JEUDI SOUS LE THÈME ''AGISSONS ENSEMBLE, DISONS NON À LA CORRUPTION'', EN PRÉSENCE DE PLUSIEURS PERSONNALITÉS DANS LA COMMUNE DE COCODY.

Monsieur le Ministre d’Etat, représentant Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;

Mesdames et Messieurs, les Présidents d’Institutions ;

Madame et Monsieur les Ministres d’Etat ;

Mesdames et Messieurs les Ministres ;

Mesdames et Messieurs les Secrétaires d’Etat ;

Excellences, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs ;

Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux ;

Mesdames et Messieurs le Chefs d’entreprises ;

Mesdames et Messieurs les Directeurs et Chefs de Services ;

Mesdames et Messieurs les Responsables des Organisations de la Société Civile ;

Chers amis de la presse,

Mesdames et Messieurs les participants,

Mesdames et Messieurs,

J’aimerais, avant tout propos, traduire l’honneur qui m’échoit de prendre la parole en cette occasion solennelle de la célébration de la journée Internationale de lutte contre la Corruption.

Ce sentiment de fierté s’accompagne de mots choisis de gratitude à l’endroit du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Son Excellence Monsieur Patrick ACHI, pour son implication personnelle dans l’organisation des activités liées à cette importante journée.

Monsieur le Ministre d’Etat, je vous prie de bien vouloir lui traduire toute notre infinie gratitude.

Monsieur le Ministre d’Etat, 

Mesdames et Messieurs,

L’adoption de la Convention des Nations Unies Contre la Corruption (CNUCC) le 31 octobre 2003, a permis à l’Organisation des Nations Unies (ONU) de déclarer le 09 décembre comme la Journée Internationale de la Lutte contre la Corruption, afin de sensibiliser le monde sur ce phénomène, que dis-je, sur ce fléau multidimensionnel qu’est la corruption.

Cette année, le thème adopté au niveau international est « Votre droit, votre défi, dites non à la corruption ».

Aussi, la Côte d’Ivoire, Etat partie à la CNUCC, a –t-elle décidé, sous l’impulsion du Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, et la supervision du Gouvernement, de marquer de manière significative cette journée et de lui donner un cachet particulier.

Ainsi, au niveau national, le thème choisi est « Agissons ensemble, Disons-non à la corruption ».

 Monsieur le Ministre d’Etat ;

Mesdames et Messieurs ;           

 La célébration de la journée internationale de la lutte contre la corruption est un événement majeur pour toutes les nations soucieuses de bonne gouvernance.

En effet, depuis son accession à la tête de l’Etat, le Président de la République fait de la bonne gouvernance et de l’intégrité, des valeurs indissociables de sa gestion.

Aussi depuis la ratification par notre pays de la Convention des Nations Unies Contre la Corruption en 2012, plusieurs actions aussi bien sur le plan structurel que normatif ont-ils traduit la volonté inlassable du Gouvernement d’assainir la gestion des services publics et de renforcer la culture de l’intégrité.

J’en veux pour preuve l’adoption d’un ensemble de textes législatifs et règlementaires majeurs, ainsi que la création de plusieurs entités significatives dont la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance (HABG), la Haute cour des Comptes…

La création d’un Ministère exclusivement dédié à la promotion de la Bonne Gouvernance et à la lutte contre la corruption au sein du Gouvernement depuis avril 2021 vient conforter et confirmer la volonté pour notre pays de venir à bout de cette « gangrène » que constitue la Corruption.

 Monsieur le Ministre d’Etat ;

Mesdames et Messieurs ;           

La corruption est en effet, une plaie qui infecte l’économie de nos Etats et ralentit les efforts consentis par les gouvernants pour l’amélioration du cadre de vie des populations. Elle alourdit les dépenses de l’Etat tout en réduisant de manière significative ses ressources. Le recours à la corruption produit des normes concurrentes à celles que le droit tend à imposer. Son extension à plusieurs niveaux de la vie en société traduit dans les faits, des formes de cohabitation entre le respect du droit et la non-reconnaissance partielle de ses effets.

Le sujet sur la corruption est fertile en paradoxes. Si en public, elle est décriée, dénoncée, condamnée, le plus souvent en cercle restreint comme dans les conduites effectives au quotidien, nombreux ceux qui démissionnent face à son ampleur et finissent par relativiser ses impacts.

Cette attitude pourtant, contraste avec de nombreux rapports, analyses et enquêtes nationaux et internationaux dont ceux de Transparency International qui attestent clairement d’une prégnance forte de la corruption sur tous les secteurs d’activités de notre pays.

Je l’annonçais le 27 octobre 2021, à l’occasion des échanges que nous avons eus avec la Direction des Douanes ivoiriennes, la corruption fait perdre à notre pays plus 1300 milliards de nos francs. Ces chiffres alarmant doivent nous interpeller sur le fait que la corruption est une réalité.

 

Monsieur le Ministre d’Etat ;

Le Ministère de la Promotion de la Bonne Gouvernance, du Renforcement des Capacités et de la Lutte contre la Corruption que j’ai l’honneur de diriger prend toute la mesure de la lourde tâche qui lui incombe et affirme sa volonté de mettre en œuvre, sous la houlette de Monsieur le Premier Ministre, la politique gouvernementale en matière de bonne Gouvernance et de lutte contre la Corruption.

Pour ce faire, une feuille de route claire la concernant a été élaborée, consistant globalement en la mise en œuvre d’un Plan Stratégique de lutte contre la corruption 2022- 2025 dont certains aspects clés portent sur l’instauration d’un climat généralisé de stress pour la corruption dans une synergie d’actions fortes des différents acteurs de la chaîne de la lutte, en vue de l’insufflation de la culture d’intégrité dans tous les secteurs d’activité du pays.

Il faut le relever, l’édition 2021 de la journée internationale de lutte contre la corruption intervient à un moment où toutes les machines de l’Etat sont en éveil maximum afin de rendre inopérantes tous les actes de corruption et de sanctionner tous les acteurs avérés ou supposés de la corruption ou d’infractions assimilées.

Mon département ministériel, évidemment, s’inscrit dans la volonté du Président du Président de la République et du Gouvernement de pérenniser et de perpétuer de manière constante et ininterrompue toutes ces actions initiées depuis un certain moment.

Dans la même veine, sur le plan international, la Côte d’Ivoire qui prendra effectivement part à la 9ème session de la conférence des Etats parties à la CNUCC, qui se tiendra du 13 au 17 décembre 2021 à Sharm-El-Sheikh en Egypte, réaffirmera à la communauté internationale son désir inébranlable, aux côtés des autres acteurs internationaux de ne céder aucun moment de répit à la corruption et aux infractions assimilées.

Monsieur le Ministre d’Etat,

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi, au moment de clore mon propos, de rendre un vibrant hommage à Son Excellence Monsieur le Président de la République Alassane OUATTARA, qui, dans le cadre de sa vision pour la Côte d’Ivoire, ne ménage aucun effort pour améliorer le quotidien de nos concitoyens et met tout en œuvre afin que, à l’image d’autres pays Africains et occidentaux, la Côte d’Ivoire devienne dans les prochaines années, un hub de bonne gouvernance et une référence en matière de lutte contre la corruption en Afrique et dans le monde.

Agissons donc tous ensemble, disons-non à la corruption !!!  

Je vous remercie de votre aimable attention.

SOURCE : Abidjan.net le 09 DÉCEMBRE 2021.