Pour des pourboires, des responsables du ministère de la Santé ont payé des centaines de millions de Fcfa de factures à deux fournisseurs.

Poursuivis pour des faits de détournement de deniers publics et corruption, quatre fonctionnaires en service au ministère de la Santé et de la Lutte contre le Sida ainsi qu’un opérateur économique, ont été mis aux arrêts par la Direction de la police économique et financière (Dpef). Qui, vendredi dernier, les a déférés devant le Parquet d’Abidjan – Plateau. Les quatre fonctionnaires ont pour noms :
- Kouassi Adri Valeri, docteur – chercheur et Directeur de l’information, de la planification et de l’évaluation (Dipe), par ailleurs, administrateur de crédit au Programme de l’Alliance globale pour la vaccination et l’immunisation (Gavi);
Mme Dezaï Yéanou Viviane, administrateur des services financiers et régisseur d’avances du Programme Rss-Gavi ; Soro Fiassoro, assistant comptable à la Dipe et assistant du régisseur d’avances du Programme Rss-  Gavi ;
- Oulaï Iboudé Valérie, chef de service informatique à la Dipe.

A ces responsables du ministère de la Santé s’ajoute un chef d’entreprise privée. Il s’agit de Koffi Kouamé Jules, directeur de la société Esson- CI, fournisseur de matériels ainsi que de fournitures de bureaux.

Plus de 227 millions dilapidés

Il ressort de source judiciaire que corrompus, les quatre responsables de la Santé ont dilapidé tant en faveur des corrupteurs que pour eux-mêmes, plus de 227 millions Fcfa au préjudice de l’Etat. Comment ont-ils procédé ?

Soutenu par les partenaires au développement et piloté par le ministère de la Santé, le Programme Gavi, lancé en renforcement du système de santé ivoirien, a donné lieu, pour sa mise en œuvre, à la création d’un comité national. Ce comité est mis en place pour être financièrement appuyé dans les actions relevant de ses attributions par le Programme Gavi. Ce qui a consisté en la mise à la disposition du ministère de la Santé des fonds. Ces fonds sont gérés par la Dipe chargée de la gestion et du pilotage du Programme Gavi. Et c’est justement dans la gestion des fonds mis à leur disposition avec le financement de la première tranche (2009 – 2010) que les responsables de la Dipe ont fait des abus et malversations.

Yeux fermés sur la gabegie financière

La gabegie financière a été tout d’abord constatée par une mission d’investigation menée par l’Inspection générale des finances. Puis par la Gavi elle même à travers son département de la politique sur la reddition-comptes et la transparence. C’est donc, fort du constat de la dilapidation de 227 millions Fcfa que l’Etat de Côte d’Ivoire, à travers l’agent judiciaire du Trésor, a porté plainte contre les supposés responsables du détournement.

L’enquête et les auditions menées par les limiers de la police économique et financière établissent la responsabilité sans équivoque de dirigeants au plus haut niveau de la Dipe.

Le fournisseur Koffi Kouamé Jules de la société Esson-CI reconnaît avoir « mouillé la barbe » des dirigeants de la Dipe. Si bien qu’au lieu d’augmenter la quantité de la marchandise comme convenu, il en a livré un nombre moindre tout en augmentant plutôt et de façon exorbitante le montant de la facture. Idem pour un autre fournisseur (de motos celui-là) et qui n’a pas pu être appréhendé parce que hors du pays.

Des motos hors d’usage achetées à 700 000 Fcfa l’unité Ce deuxième fournisseur, après « un clin d’oeil financier » à ses interlocuteurs de la Dipe, leur a vendu à près de 700 000 Fcfa l’unité, des motos hors d’usage.

En plus des sommes qui leur ont été frauduleusement versées, le fournisseur Koffi Kouamé Jules a poussé l’outrecuidance en émargeant en maintes occasions pour se faire remettre des per-diem destinés aux participants des réunions techniques des responsables de la Dipe. Soro Fiassoro, le comptable de la structure, a fait des rajouts grossiers sur la même liste d’émargement par des noms fictifs dans le but de justifier les fonds indûment retirés des comptes. En définitive, l’enquête établit comme :

-          dépenses inéligibles : 40 641 704 Fcfa

-          Fraudes et irrégularités avérées : 159 201 529 Fca

-          Dépenses non inscrites dans le livre comptable : 26 605 298 Fca

-          et enfin, dépenses non justifiées : 1 113 000 Fcfa.

Les quatre responsables de la Santé sont traduits devant la justice pour répondre des faits de détournement de deniers publics, faux et usage de faux, escroquerie et complicité d’escroquerie portant sur la somme exacte de 227 561 531 Fcfa.

Le fournisseur Koffi Kouamé Jules est lui aussi poursuivi sur la base des mêmes faits à l’exception du délit de détournement de deniers publics qui ne peut qu’être le fait des fonctionnaires de l’Etat à charge de la gestion de fonds publics.

LANDRY KOHON